Un entretien? Pôle emploi garde votre enfant

Publié le par FO pôle-emploi Nord Pas de Calais

Compliqué, de se rendre à un entretien d'embauche ou à une formation, sans personne pour garder son chérubin. Afin de répondre à ce besoin ponctuel de garde, Pôle emploi s'est associé avec 650 crèches qui réservent des places aux parents demandeurs d'emploi. 

mere-travailler-bebe-famille 4820868

Il sera bientôt possible de faire garder son enfant dans une crèche partenaire de Pôle Emploi, pour se rendre plus facilement à un entretien d'embauche ou à une formation. C'est la promesse, en tout cas, faite par l'opérateur public ce 5 mars 2014.



Pôle Emploi innove. Et dans le bon sens ! L'opérateur public vient d'annoncer avoir créé un dispositif s'adressant à ses inscrits, en particulier aux mères de familles monoparentales, qui se voient proposer un entretien d'embauche ou une formation, et qui sont confrontés à un problème de garde pour leur enfant de moins de 3 ans. 

 

 

L'entreprise partenaire de Pôle emploi,People&baby, met à leur disposition 10.000 journées d'accueil occasionnel dans 650 crèches sur l'ensemble de la France, vers lesquelles "les conseillers Pôle emploi orienteront les demandeurs d'emploi concernés", explique le service public de l'emploi dans un communiqué. 

La participation financière des parents ira de 0,28 à 2,83 euros de l'heure, en fonction de leur quotient familial, "toutes les crèches étant conventionnées" par la Caisse d'allocations familiales. 

Prolongation durant la période d'essai

Au-delà des entretiens d'embauche, "lorsque cette initiative permet un retour à l'emploi, l'accueil de l'enfant sera prolongé le temps de la période d'essai et en fonction des places disponibles", le temps pour les parents de "mettre en place une solution de garde plus pérenne", précise Pôle emploi. 

Pour "pérenniser et développer cet accompagnement", l'opérateur public appelle "toutes les crèches de France" à rejoindre ce dispositif baptisé "Crèche solidarité emploi". 

Dans son communiqué, Pôle emploi souligne qu'"à peine la moitié" des besoins de garde d'enfants sont aujourd'hui couverts. Une situation qui "pénalise" les personnes en situation de recherche d'emploi, qui ont "un accès non prioritaire aux dispositifs de garde et des revenus trop faibles pour un recours à des solutions alternatives privées". 

Publié dans Actualité PE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article